Protocole de Kyoto

Qu’est-ce que le protocole de Kyoto?

Le protocole de Kyoto est un traité créé par les Nations Unies en 1997 qui visait à réduire les émissions de carbone dans le monde, luttant ainsi contre le réchauffement climatique ou le changement climatique. Le nom, Kyoto, vient de la ville du Japon où le protocole a été adopté.

Le protocole de Kyoto était une extension de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques de 1992. La convention s’est engagée dans un premier temps à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Il était basé sur la conviction de l’ONU qu’il y avait un consensus au sein de la communauté scientifique sur le fait que le réchauffement climatique est un phénomène réel, et est principalement causé par les émissions de carbone produites par les activités humaines.

Résumé

  • Le protocole de Kyoto était un traité créé par les Nations Unies en 1997 pour lutter contre le problème des émissions de gaz à effet de serre (carbone).
  • Le protocole était axé sur les pays développés comme étant les principales sources d’émissions de carbone et exempté les pays en développement des exigences du protocole.
  • Le Protocole de Kyoto a été essentiellement remplacé par l’Accord de Paris sur le climat en 2015.

Que couvre le protocole?

Le protocole de Kyoto s’applique aux six gaz à effet de serre suivants:

  • Dioxyde de carbone
  • Oxyde nitreux
  • Méthane
  • Perfluorocarbures (PFC)
  • Hydrofluorocarbures (HFC)
  • Hexafluorure de soufre

Bien que le protocole ait été adopté en 1997, il n’est pas allé int o effet jusqu’en 2005. En 2012, le Protocole de Kyoto a été prolongé avec l’adoption de l’Amendement de Doha.

Le Protocole s’est concentré sur les demandes que 37 pays développés s’efforcent de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Il a placé le fardeau des réductions d’émissions sur les pays développés, les considérant comme largement responsables des émissions de carbone.

Les pays en développement n’ont été invités à se conformer que volontairement. L’approche du Protocole à cet égard a été définie dans le traité comme le principe de «responsabilité commune mais différenciée et capacités respectives». Il comprenait la mise en place d’un «système de crédits de carbone Crédit de carbone Un crédit de carbone est un permis ou un certificat échangeable qui donne au titulaire du crédit le droit d’émettre une tonne de dioxyde de carbone ou l’équivalent», grâce auquel les nations peuvent gagner des crédits en participant à des projets de réduction des émissions. dans d’autres pays.

Problèmes avec le Protocole

Les faits concernant les émissions de carbone, cependant, semblent montrer que le raisonnement de l’ONU est erroné. Par exemple, les pays moins développés – qui sont probablement plus dépendants du charbon comme source d’énergie et moins susceptibles d’imposer des lois environnementales restrictives – en fait, représentent une grande partie du total mondial des émissions de carbone.

La Chine et l’Inde représentent ensemble environ 35% des émissions totales de carbone, à partir de 2020, tandis que les pays développés du Royaume-Uni, de la France et de l’Allemagne combinés ne représentent que 4% des émissions mondiales de carbone. Pourtant, la Chine et l’Inde ont toutes deux été exemptées des exigences du traité, qui ne s’appliquent qu’à 37 pays développés.

Les critiques du protocole de Kyoto soutiennent qu’il est extrêmement facile pour 155 pays signataires sur les 192 de voter pour de celui-ci lorsqu’ils sont exemptés de toutes ses exigences.

L’état actuel du protocole de Kyoto

L’amendement de Doha en 2015 a prolongé le Protocole jusqu’en 2020. Cependant, il est devenu un point discutable peu de temps après lorsque l’Accord de Paris sur le climat a été signé par la plupart des ratifieurs originaux du Protocole de Kyoto. Les États-Unis ont initialement signé l’Accord de Paris sur le climat, mais se sont ensuite retirés de l’accord.

À l’instar du protocole de Kyoto qui l’a précédé, l’Accord de Paris sur le climat a également fait l’objet de nombreuses critiques. Par exemple, il est reproché à l’Accord de n’obliger qu’un pays à soumettre une déclaration indiquant qu’il a l’intention de travailler à la réduction des émissions de carbone à un moment donné dans le futur pour qu’il soit considéré comme satisfaisant aux exigences de l’accord. En revanche, cela n’oblige pas les pays à faire quoi que ce soit pour réduire les émissions de carbone dès maintenant.

Un exemple de la façon dont la structure de l’accord est insuffisante peut être vu en regardant la nation du Brésil. Il a déclaré qu’il avait l’intention de commencer à travailler sur la réduction des émissions de carbone de 2% à partir de 2040. Cette déclaration «ne rien faire» est tout ce qui est nécessaire pour certifier le Brésil comme étant un signataire en règle de l’Accord de Paris sur le climat.

Même si chaque pays signataire atteignait ses objectifs de réduction des émissions de carbone, cela ne ferait qu’une petite brèche dans la quantité totale d’émissions de carbone dans le monde. John Kerry, l’ancien secrétaire d’État américain, a déclaré que même si les États-Unis éliminé toutes ses émissions de carbone, «cela ne suffirait toujours pas à compenser la pollution par le carbone provenant du reste du monde.”

Ressources supplémentaires

CFI est le fournisseur officiel de la certification Global Certified Banking & Credit Analyst (CBCA) ™ CBCA® L’accréditation & Credit Analyst (CBCA) ® est une norme mondiale pour les analystes de crédit qui couvre les finances, la comptabilité, l’analyse du crédit, l’analyse des flux de trésorerie, la modélisation des clauses restrictives, les remboursements de prêts, etc. programme de certification, conçu pour aider quiconque à devenir un analyste financier de classe mondiale. Pour continuer à faire avancer votre carrière, les ressources supplémentaires de la FCI ci-dessous seront utiles:

  • Économie développée Économie développée Une économie développée est une région, généralement un pays, avec un niveau élevé de richesse et de ressources disponibles pour ses résidents ou citoyens
  • ESG (Environnement, Social et Gouvernance) ESG (Environnement, Social et Gouvernance) ESG est l’acronyme de Gouvernance Environnementale, Sociale et (d’Entreprise), les trois grandes catégories, ou domaines, de Intérêt pour ce qui est
  • Externalités négativesExternalités négatives Les externalités négatives se produisent lorsque le produit et / ou la consommation d’un bien ou d’un service exerce un effet négatif sur un tiers indépendant
  • Marché volontaire du carboneMarché volontaire du carboneLe volontaire Le marché du carbone permet aux investisseurs privés, aux gouvernements, aux organisations non gouvernementales et aux entreprises d’acheter volontairement des compensations de carbone pour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *